L'équitation classique

La discipline que tout le monde garde à l’esprit lors que l’on parle d’équitation. Le principe est de voir le cavalier monter en selle sur son cheval. Ils exécutent alors des figures, exercices ou encore jeux très variés pour un bien être de chacun et un plaisir partagé. L’intérêt pour le pratiquant est tout particulier puisque les balancements que le cheval produit lors de sa marche forme un rythme appaisant.

Au sol

Cette étape peut paraître inutile pour beaucoup d’entre vous. Mais en réalité, c’est certainement la plus importante. En effet, il permet tout simplement au cavalier et à son cheval de faire connaissance, de se rencontrer et de partager des moments de complicités sans l’utilisation de matériel, sans le facteur affectif mais surtout il permet un contact dans lequel chacun des parties peut observer l’autre en laissant l’espace nécessaire pour se sentir à l’aise.

C’est depuis cette étape que la confiance entre le pratiquant et sa monture va se créer, il est donc nécessaire  qu’on lui accorde toute son importance.

Pour certains cavaliers, les progrès seront très important lors de cette étape et, parfois même, ce travail est plus pertinant que tout autre. Nous nous concentrons alors davantage sur cette activité.

La longe

Cette discipline consiste à maintenir son cheval en cercle autour de soi à l’aide d’une longe de 10 mètres. Il faut alors lui inculquer des ordres pour le faire changer d’allures et pour modifier la taille du cercle.

Pour cette pratique, le cavalier doit trouver confiance en lui et apprendre à communiquer à l’aide de son corps.

En effet, la parole n’est pas importante car, en fonction de la position du corps du cavalier par rapport à celui du cheval, différents ordres en seront intimés à l’équidé.

Ici, le travail est donc essentiellement porté sur la communication, l’ouverture de soi même vers les autres ainsi que la confiance en soi.

Chaque discipline possède ses particularités qui seront plus ou moins pertinentes en fonction du cavalier et de ses capacités. En revanche, le choix d’une activité n’est pas figée, il peut évoluer en fonction de la progression du cavalier mais aussi de ses envies…

Longues rênes

Cette activité représente un croisement entre la monte classique et la longe. Le cavalier se trouve quelques mètres derrière son cheval alors que la monture est équipé de la même manière que pour de l’équitation classique.
Les sensations dans le travail de l’animal sont donc identiques que lors de la monte classique. En revanche, comme pour la longe, il n’y a pas de facteur affectif car le cavalier se trouve sur ses deux pieds.
Avec cette discipline, une valeur technique se voit ajoutée au travail de la longe.

Travail en liberté

Il s’agit d’un travail durant lequel l’animal est en totale liberté. Il laisse place à une grande complicité. Ici, les mêmes qualités que pour la longe sont demandées. Cependant, cette activité permet plus de fantaisie et fait disparaitre les limites du travail sous contrainte de matériel. Car, le cheval n’est pas soumis aux ordres mais c’est uniquement pour faire plaisir à son cavalier qu’il les exécute.

Voltige

Alors que le cavalier se trouve sur le dos du cheval, il ne dispose pas de rêne. En effet, le cheval est guidé par le meneur, à l’aide d’une longe.

Tandis que le cheval est en semi liberté, le cavalier, lui, ressent aussi une forme de liberté car il ne possède ni étrier, ni selle, ni rêne pour se stabiliser. Il doit alors jouer de son équilibre et de celui du cheval pour rester sur le dos de ce dernier.

Le pratiquant est donc plus proche du cheval et ressent davantage chaque muscles lors des contractions et des relâchements.